Longtemps réservé aux passionnés avertis ou fortunés, les appareils de vision nocturne connaissent un véritable essor cette année grâce à l’avènement de nouvelles technologie devenues désormais abordables et de plus en plus répandues. Monoculaires ou jumelles, le domaine est vaste mais malgré leur tarif avantageux, leurs performances valent-elles la peine d’investir ?

Plusieurs technologies abordables passées au crible.

Les technologies militaires actuelles sont disponibles auprès du grand public depuis maintenant plusieurs années, leur grand inconvénient reste toutefois le prix. Etes-vous prêt à dépenser 5000€ dans une paire de jumelles de vision nocturne ? si ce n’est pas le cas, lisez attentivement ce qui vas suivre.
Parmi les technologies désormais abordables nous retrouvons en tête de liste les tubes amplificateurs de première génération. La grande majorité des marques grand public comme Bushnell, Yukon ou encore Bresser utilisent des tubes de première génération d’origine russe. Ces tubes ne sont pas les plus performants du marché mais ils offrent un niveau de performance tout à fait acceptable pour des appareils qui se vendent autour de 300€. Le grand désavantage de ce type de technologie est le fait qu’il est nécessaire d’utiliser un spot infrarouge dans des conditions d’obscurité totale. Exit donc l’observation dans des conditions ou la lune est absente ou par mauvais temps.
La seconde technologie qui nous intéresse est l’amplification lumineuse numérique. Ce type d’appareil, qu’il s’agisse de jumelles ou de monoculaire, fonctionne simplement grâce à ce que l’on appelle un capteur CMOS. Il s’agit exactement de la même technologie utilisée par vos appareils photo numériques ou encore par la caméra de votre smartphone. Seul différence étant l’optimisation de surface de ces capteurs pour optimiser leur sensibilité face aux ultraviolets. Les appareils de vision nocturne utilisant cette technologie possèdent de nombreux avantages mais également des inconvénients. Par exemple, là ou un dispositif lambda utilisant un tube de première génération possède une autonomie conséquente, pouvant aller jusqu’à plusieurs dizaines d’heures avec une simple pile de 1.5 volts, une vision nocturne numérique seras à contrario énergivore. Sur les différents tests et comparatifs que nous avons pu réaliser, un appareil comme le Bushnell Equinox Z, ne comptez pas plus de 4h d’autonomie. Ce défaut peut être facilement contourné avec l’utilisation d’accus Nimh mais cela n’est pas sans engendrer de surcout sur le prix d’achat.

Domaines d‘utilisation

Avec un appareil de vision nocturne de première génération, à tube ou digital, les domaines d’utilisation son relativement vastes. Randonnée, observation nocturne de la faune, sécurité… il existe autant d’appareils sur le marché que de domaines d’utilisation. A condition de posséder un dispositif de vision nocturne assez puissant, il vous sera même possible d’observer le ciel nocturne tel un planétarium en temps réel qui vous laisseras même les amateurs avertis d’astronomie pantois. Le choix peut être cependant difficile et je ne saurais que vous conseiller de vous rendre sur le site du magazine spécialisé vision-nocturne.info qui dispose de nombreux tests des derniers appareils mis en circulation sur le marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *